Canvas Logo

CNRS Images : « Motos et scooters, l’ampleur des risques »

mardi 5 septembre 2017 , par Christian

Le Festival du film de chercheur est un lieu d’échanges et de rencontres entre chercheurs, cinéastes et publics passionnés de science. Gratuite et ouverte à tous, cette manifestation est une occasion inédite de découvrir la science en images et de façon ludique. Ces films nous montrent la recherche en train de se faire : un point de vue rarement abordé à l’écran et rarement présenté au grand public.

Prix concours « Filmer sa recherche »

Le concours « Filmer sa recherche » a permis à des chercheurs de proposer des projets de film à un jury de professionnels présidé par Arnaud Salvini, journaliste à France Télévisions. Il récompense ainsi Nicolas Clabaux, lauréat du prix « CNRS Images » pour son projet « Se faufiler dans les embouteillages : quels risques pour les usagers des deux roues motorisés » qui se concrétisera sous la forme d’un court métrage ;

Dans le cadre du Festival du film de chercheur 2016, Nicolas Clabaux LMA/TS2 remportait le 1er prix du concours Filmer sa recherche. Ce prix a donné lieu à la réalisation d’un film par Marcel Dalaise, produit par CNRS Images, qui est à présent visible sur le site de la vidéothèque du CNRS :
Le film intitulé « Motos et scooters, l’ampleur des risques » est également à l’honneur en une du site du CNRS, dans la rubrique "la vidéo du vendredi".

Pour l’Ifsttar, plusieurs intervenants y figurent : Nicolas Clabaux, Jean-Emmanuel Michel, Jean-Yves Fournier et Dominique Fleury (TS2/LMA), Jean-Louis Martin (TS2/UMRESTTE) ainsi que Jean-Pierre Orfeuil pour l’Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne. En espérant n’avoir oublié personne.

Les faits

En France, chaque année, les remontées de file des deux-roues motorisées entrainent près de 2.000 accidents graves. Face à cette pratique particulièrement présente dans les grandes villes, où le trafic ne cesse de se densifier, une équipe de chercheurs de l’IFSTTAR tente de comprendre les mécanismes à l’origine de ces accidents de motos et de scooters.

Entre 1997 et 2009, le traffic des deux et trois roues a augmenté de +64%. Le nombre de déplacements de ces derniers est de 577.000 par jour. Les deux et trois roues représentent 17% du traffic et passent 20% de leurs déplacements en remontée de files.

Méthodologie

Pour mesurer l’impact de la circulation en deux et trois roues, les chercheurs s ont mené pendant un an, une campagne d’observation sur 14 voies principales de la ville de Marseille. Ils ont ainsi compté le nombre de deux roues et trois roues, l’espace utilisé pour circuler, voies de bus, remontées de files, voies autos, et catégorisé les types de deux roues.

A l’aide de caméras embarquées, les chercheurs ont également filmé à leur insu des usagers de la route. Plus de trois cents PV d’accidents corporels ont été analysés permettant de remonter sur trois ans. Les remontées de files enregistrent 52% des accidents.

Pistes à venir

Si parmi les usagers de la route que sont les autos, les bicyclettes ou encore les piétons, la place qui leur est accordée est évidente, il n’en est pas de même pour les deux et trois roues motorisés.

A terme, leur objectif est d’arriver à des propositions d’aménagement et de restructuration des voies urbaines qui permettraient de sécuriser ce moyen de transport et ainsi de diminuer le nombre d’accidents.

Le film « Motos et scooters, l’ampleur des risques »
Illustration Nicolas Clabaux, film « Motos et scooters, l’ampleur des risques ».

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire également :

Tous les articles de la rubrique ...

... Tous les articles