Carte vigilance Carte de vigilance météo

Accueil > Guides > Scooters > Kymco > AK 550 > Essai Kymco AK 550 : fusion GT-Sport, pour un nouveau genre

Essai Kymco AK 550 : fusion GT-Sport, pour un nouveau genre

vendredi 14 avril 2017, par Christian

Kymco propose un nouveau maxi-scooter, l’AK 550, et est bien décidé à marquer le paysage maxi-scooter par les qualités dynamiques et le design de l’AK 550.

Ligne générale - Aspects pratiques

Pour son AK 550, Taiwan est venu en Europe consulter, questionner les utilisateurs européens. L’AK 550 n’est donc pas le fruit de l’imagination des seuls ingénieurs de Taiwan. C’est une coopération Europe-Asie, techniciens-end users.

Et au vu du résultat, difficile de dire qui a contribué et à quoi. Avec l’AK 550, au premier coup d’œil, nous savons que nous avons à faire avec un maxi-scooter. Pour autant, le gabarit ne fait pas dans la démesure ou le massif. La première réflexion qui vient à l’esprit est que l’AK 550 va pouvoir se manipuler à l’arrêt sans que chaque mouvement se transforme en séance de musculation. Le coloris noir mêle plastique brillant et mat, gris, et pièces anodisées.

L’ensemble de la ligne est assez ramassé, à la fois dans la finesse et dans la force. La finesse provient de l’arrière. Le bras oscillant, la suspension et le carter de la courroie sont magnifiques. Ils tendent vers la route alors que juste au-dessus, l’arrière de la carrosserie pointe vers le ciel. Dans l’espace en « V » à l’horizontal, la roue arrière vient prendre place et rien ne vient entraver le regard. De l’autre côté, le pot d’échappement pointe vers le ciel. Deux petits tubes en sortie rappellent que le moteur est un bi-cylindre.

A l’avant de la selle, le dessin est plus classique et le ponton central semble imposant. Il va falloir passer la jambe par-dessus en la repliant ou l’étendre et la lever comme sur une moto. Et une fois installé, l’instrumentation tombe sous les yeux, toute digitale. Elle est surmontée d’une casquette qui rappelle le masque de Batman. Pourtant, nous ne sommes pas au guidon de la Batmoto mais bien du nouvel AK 550, avec trois zones différentes. A gauche, le compte-tours, non pas à aiguille mais à barres. C’est moins précis mais la couleur orange des barres vous fera oublier l’aiguille. Dans cette même fenêtre, vous aurez les trips, deux, ainsi que l’indication de pression des pneus.

Dans la fenêtre de droite, vous aurez le compteur de vitesse, la température moteur et le niveau d’essence. Là-aussi, à barres. Différents voyants vous rappelleront que l’Abs est présent sur l’AK 550, la pression d’huile, la température…

Au centre, la fenêtre Noodoe. Vous pouvez programmer avec l’application, le fond d’écran, les notifications qui apparaitront. L’AK 550 se transforme en assistant bureautique-téléphonique. Heureusement, certaines fonctions ne peuvent être mises en fonction que scooter à l’arrêt.

Avec une telle électronique connectée, les commodos voient émerger de nouveaux boutons. A gauche, en plus des traditionnels appels de phare de type gâchette, des clignotants, du klaxon, vous avez le bouton de déclenchement des poignées chauffantes et du changement de mode "Pluie". Plus à droite, le frein de parking vous permettra de bloquer la roue arrière.

A droite, vous avez le coupe-circuit, le démarreur qui fait également office de warnings, et sur le dessus du commodo, vous avez deux boutons pour commander Noodoe et vérifier la pression des pneus, les trips, la consommation.

Au centre, posé sur le tablier et entre les boites à gants, celle de gauche contient la prise Usb, le bouton qui permet de commander l’ouverture du coffre, le verrouillage de la direction, le contact.

Les feux avant sont à leds, tout comme à l’arrière. Cela permet une belle signature visuelle que vous reconnaitrez tout de suite dans le flot de la circulation. Vous verrez rapidement dans vos rétroviseurs les belles lignes blanches soulignant les feux avant, pour voir tout aussi rapidement les mêmes lignes mais rouges, cette fois, du bloc arrière.

Le coffre accepte un casque en position inversée ainsi que quelques affaires. La selle se soulève par l’avant. Le passager n’est pas trop haut perché. Il bénéficie de repose-pieds repliables, idéalement placé pour pouvoir se soulever en cas de besoin. Les poignées de maintien font partie de la dotation.

Les rétroviseurs peuvent se monter sur la carrosserie ou le guidon. Pas de clé de contact mais un boitier électronique.

Double disques de 280mm, à l’avant, de 220mm à l’arrière, fourche inversée, les présentations étant faites, il est plus que temps d’essayer le nouveau maxi-scooter.

Position de conduite - Ville

Dès que le moteur tourne, le son à l’échappement est la promesse de moments intenses. Grave, plein, les ingénieurs n’ont pas simplement catalysé et dépollué par le biais du pot, ils ont donné une personnalité à l’AK 550. Pas de vibration pendant que le moteur monte en température et l’électronique veille pour maintenir le ralenti. Débéquillage. L’AK 550 n’est pas haut perché et ne « rebondit » pas en touchant le sol. Les suspensions ont l’air de bien faire leur travail.

Il faut passer la jambe par-dessus la selle pour s’installer. La selle est ferme. Le dosseret se règle en longueur sans outil. L’espace aux jambes est bien pensé pour permettre une conduite pieds en avant. Les plus grands pourront étendre leurs jambes. Le ponton, large, repousse les pieds sur les bords du tablier. En roulage, peu de perturbation mais par temps de pluie, le pantalon et des chaussures étanches seront peut-être indispensables. Les rétroviseurs rétrovisent bien et vous pourrez surveiller vos arrières sans avoir à vous déhancher.

Petite rotation de la poignée et le moteur s’exprime dans un feulement. En ville, l’AK 550 se conduit facilement. Son poids de 226kg se fait oublier. Les ingénieurs sont passés par là, encore une fois, puisqu’il est idéalement réparti à 50/50 entre l’avant et l’arrière. Cela signifie que traverser ou rouler du soir au matin, en ville, ne tournera pas au cauchemar ou à l’épreuve de force. Son étroitesse vous permettra de remonter les files en ne craignant pas d’y laisser un rétroviseur.

Aux arrêts, vous aurez le choix entre la béquille latérale, qu’il faut aller chercher très en arrière ou la béquille centrale qui est très facile à manœuvrer.

En ville, sur un filet de gaz, sur notre modèle, nous avons eu quelques à-coups. Mais heureusement, ce n’est arrivé qu’à quelques moments.

La zone rouge est à 8.000tr/mn et pour maintenir le 50km/h, le moteur tourne à 3.800tr/mn. Avec un couple de 55.64 Nm situé à 5.500 tr/min, il suffit d’une légère pression pour arriver dans la zone de couple maximum. Cela signifie qu’aux allures régulières, vous n’aurez pas besoin de faire hurler le moteur ou d’aller chercher la zone rouge pour sentir la poussée ou pour dépasser.

La coupure des gaz fait entendre un beau bruit à l’échappement et provoque un frein moteur. Ce n’est pas un rétrogradage de moteur à vitesses mais dans une descente, à la coupure des gaz, l’AK 550 ne se met pas en roue libre et l’embrayage tient.

Route

Dès que la ville est dans le dos, l’AK 550 ne change pas de costume mais comme les véhicules de Batman, il se transforme en un magnifique rouleur. En attaque ou en conduite plus paisible, le moteur répond présent. Si pour certains moteurs, le passage à la norme Euro 4 est synonyme d’étouffement dans les bas régimes, sur l’AK 550, il n’en est rien. Au départ arrêté, en reprises, cet AK 550 n’est pas avare en sensations.

Et rien de tel que les routes corses pour apprécier tout le potentiel de l’AK 550. Et il faut le reconnaitre, c’est ENORME !

Châssis aluminium, centre de gravité abaissé, freins de 280mm à l’avant, de 260mm à l’arrière, tout est là, et rien ne bouge. Sur les revêtements divers et variés des routes, sur l’angle, en ligne droite, l’AK 550 ne bronche pas. Rien ne vient altérer la trajectoire fixée. Une courbe prise un peu trop vite ? Il suffit de pencher un peu plus, contre-braquage et l’AK 550 suit la courbe sans broncher. Sur revêtement dégradé, l’avant et l’arrière passent sans jamais se désunir. Les suspensions font un travail remarquable et gomme toutes les irrégularités des revêtements. Après trois heures à son guidon, aucun mal de dos, aucun bras fatigué ! Ah, si, la selle est tout de même un peu dure.

Le tout avec une impression de sécurité, de confort que rien ne vient altérer. Et ce, avec la monte d’origine, des Metzeler Feelfree qui favorise le roulage longue distance. Avec des pneus plus accrocheurs, l’AK 550 devrait être scotché au bitume !

Petit regret à ces louanges. Le moteur est plein de vitalité, répond présent dès la moindre sollicitation, capable de reprendre dès les plus bas tours sans montrer le moindre signe de faiblesse mais il lui manque un côté rageur, coup de pied au c.l, pour compléter le tableau.

Mais pour l’heure et tel qu’il est, ce moteur est un petit bijou. Calé à 270°, il permet d’avoir des sensations digne d’une moto sportive, si l’envie vous prend de piloter.

Le mode pluie permet de changer la cartographie et de baisser la puissance disponible de 53CV à 47Cv. Idéal pour les permis A2 qui n’auront qu’à modifier la cartographie pour être en règle.

Freins

Si l’arrière a tendance à déclencher l’Abs assez rapidement, le frein avant est d’une puissance et d’une précision redoutables. Les étriers radiaux de Brembo ne doivent pas y être pour rien.

Nous n’avons pas pu mesurer les distances de freinage mais sur ces entrées de virages corses, un freinage appuyé de l’avant ne vient pas écraser la fourche au risque de compromettre le comportement du scooter. De même, le freinage arrière ne vient pas « assoir » le scooter. Il reste non seulement en ligne mais en courbe, l’AK 550 ne se relèvera pas.

Consommation

Encore une surprise, et une bonne surprise. Avec le traitement intense infligé à l’AK 550, la consommation a été de 4.9litres/100.

Un petit exploit pour la cylindrée et la conduite imposée à l’AK 550. En conduite plus sereine, la consommation devrait à peine dépasser les 4l/100.

Conclusion

Kymco est bien décidé à entrer dans la cour des grands maxi-scooters et avec son AK 550, la marque taiwanaise s’en est donné les moyens. Entre GT et Sportif, vous n’aurez pas à choisir. Kymco crée un nouveau genre qui est la fusion entre les deux genres. Caractère moteur et comportement routier, capacité d’emport et confort, l’AK 550 ne vient pas copier le roi des scooters, il se positionne sur un autre créneau, avec des sensations aussi fortes et différentes à la clé.

Avecson électronique, son keyless et Noodoe, l’AK 550 se la joue branché et moderne. Et avec son tarif de 9.890€,il ne fait aucun doute qu’ils seront nombreux les clients à vouloir s’y connecter. L’AK 550 a de soilides argument pour électriser le marché des maxi-scooters et créer un électrochoc bénéfique.

Pourquoi AK ?
Kymco fête ses 52 ans et le projet s’appelait Anniversay Kymco. AK est donc resté.

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire également :

Tous les articles de la rubrique ...

... Tous les articles

Conseils

Michelin 100 virées à moto : 100 raisons de prendre la route

Pour son édition 2013 des virées à moto, Michelin propose 100 destinations avec pas moins de 37 nouveaux itinéraires classés par thèmes (montagne, littoral...). En plus de la référence systématique aux cartes routières Michelin, le guide met en lumière le tracé du parcours, les points d’intérêt, les (...)

Agenda scooters et motos

Les blogs

Les derniers essais