Carte vigilance Carte de vigilance météo

Accueil > Guides > Scooters > Peugeot > Metropolis > Essai Metropolis 2017 RX-R Euro 4 : la bonne surprise du chef

Essai Metropolis 2017 RX-R Euro 4 : la bonne surprise du chef

lundi 27 février 2017, par Christian, Emmanuel G.

Norme Euro 4 oblige, Peugeot livre un scooter quasi-identique à l’ancien à l’extérieur. Mais comme en matière de cuisine, il faut le gouter pour en apprécier toute la saveur.

Présentation

La gamme Metropolis 2017 comprend trois versions : Standard, RX-R en 12 pouces et le RX-R. C’est ce dernier modèle que nous avons essayé.

Comme pour les versions précédentes, Peugeot rappelle qu’il est également constructeur automobile, et sur ce millésime 2017 encore plus. Du bruit des ouvrants, quand ils se ferment ou s’ouvrent, le boitier de la clé, qui, au passage, aurait mérité d’être plus petit, l’aspect général du Metropolis, tout est valorisant pour le propriétaire. Le gabarit est toujours compact et pas trop haut. Le centre de gravité est idéalement bas placé. La batterie est ainsi située juste en dessous de la pointe de la selle.

Dans ce coloris gris mat, les rares parties brillantes sont noires et soulignent le mat de l’ensemble. Idem pour les jantes qui associent le brillant et le sombre.

Le pare-brise est toujours réglable sans outil, le contacteur s’allume de bleu quand vous le manipulez et les deux parties de coffre se déverrouillent au tableau de bord par deux boutons.

Les roues et surtout les jantes sont impressionnantes. On voit tout ce qu’il y a derrière et le tout est beau ! A noter les rétroviseurs asphériques, bien utiles pour surveiller vos arrières.

Au tableau de bord, le compte-tours se lit de droite à gauche. C’est original et cette lecture souligne bien le fait que ce Metropolis 2017 n’est pas un scooter comme les autres. Le compteur de vitesse, à gauche, est plus classique. Au centre, une grande fenêtre analogique indique le niveau d’essence, la température moteur et entre les deux, l’heure. Vous aurez en plus la pression des pneus, suivie du niveau d’antipatinage, 1, 2 ou rien, sélectionnable au guidon. Enfin, dans une fenêtre en bas, à gauche, les trips partiels et général, l’autonomie restante, la consommation moyenne, et tout au bout sur la droite, la température extérieure.

Il y a également les voyants mais nous vous ferons grâce de leur description. Ils sont heureusement très lisibles et surtout compréhensibles dès le premier coup d’œil.

C’est un tableau de bord riche, très riche en informations. Quand on vous dit que Peugeot Scooters fait aussi des voitures ! A moins que ce soit l’inverse.

Au commodo, vous aurez un appel de phare de type gâchette sur la gauche.

Passager

Le passager est toujours aussi bien traité. Ses repose-pieds tiennent plus du plateau que de la tige habituelle, les poignées sont également surdimensionnées et rassurent, dixit une essayeuse, qui a également apprécié la place qui lui est octroyée. Elle peut, à loisir se rapprocher ou s’éloigner du conducteur, selon affinités...

Pas top haut perché, pour bénéficier de la protection du pilote, le passager peut néanmoins voir la route par-dessus l’épaule de ce dernier et anticiper les pièges de la route.

Vide-poches

Un grand vide-poches est fixé au tablier. Vous pourrez y mettre vos gants à l’étape. Un autre vide-poches est placé sous le guidon. Ce dernier est muni d’une prise Usb qui vous permettra de recharger un appareil électronique tout en roulant.

Coffres

Ils sont deux mais c’est le même et ils communiquent. Celui sous la selle n’est pas très profond et accepte volontiers un sac ordinateur ou une raquette de tennis, plus quelques menus objets. Le coffre arrière acceptera un casque, même en taille XL. Il n’est donc pas possible de ranger deux casques dans le Metropolis. Eu égard au gabarit du scooter, c’est déjà très bien.

Leds

Peugeot n’a pas lésiné sur les leds et a signé une identité visuelle forte. A l’avant, les feux de jour sont reconnaissables entre mille. Des « sourcils » sur les blocs optiques et une barre verticale entre les deux roues. A l’arrière, les doubles tubes en forme de boomerang sont également à leds.

A l’usage, il vaut mieux mettre les feux de croisement. Les feux de jour au niveau des blocs optiques ne sont pas assez visibles dans la circulation. Nous avons mesuré 6 lux à leur niveau, contre 8 au niveau de la rampe verticale et 12 au niveau des feux de croisement. La rampe verticale est placée trop bas pour être vue des automobilistes dans la circulation en ville.

Petites attentions supplémentaires

Peugeot Scooters a judicieusement placé les sorties d’aération moteur. Au niveau du tableau de bord, elles sont orientées vers les mains du conducteur, au niveau du tablier, elles sont proches des jambes. En hiver, vos mains et vos jambes apprécieront cette chaleur, et si vous avez un tablier et des manchons en plus, vous ne craindrez plus rien du froid.

Parmi les petites attentions supplémentaires, vous apprécierez les valves de pneus qui ne sont pas coudées mais plantées en biais pour faciliter l’opération de gonflage.

Essai sur route

Mais nous ne sommes pas là que pour admirer le Metropolis. Comme pour les meilleures spécialités, il faut gouter !

Contact mis, la première surprise est l’absence totale de vibrations. Le démarreur lance le moteur sans hésitation. Accélération, le déverrouillage de la direction se fait instantanément mais le signal sonore intervient un moment plus tard. Curieux.
Petite accélération. Là-aussi, l’absence de vibration est remarquable. Peugeot affirme avoir mis au point un moteur LFE (Low Friction Efficiency) à bas frottements, c’est visible dès les premiers tours du moteur.
Le pot émet un son aigrelet. Dommage, un son plus grave et plein aurait été encore plus valorisant pour le conducteur mais nous n’allons pas faire la fine bouche, ou plus précisément, la fine oreille.

La bonne surprise est que le passage à la norme Euro 4 n’a en rien modifié le caractère du moteur. Il en a simplement atténué la fougue d’origine. Sur les versions précédentes, nous avions à faire à un adolescent, en 2017, c’est l’adulte qui nous parle mais il a conservé toute sa force caractère. Ce « petit » moteur n’a beau être qu’un 400cc, il est toujours aussi vaillant et n’a rien à envier à des 500cc. Le Metropolis se montre toujours aussi volontaire et disponible. A 50, 90, 110 ou 130km/h, vous pourrez toujours reprendre sans vous poser de question. Le 400cc vous obéira au doigt et à l’oeil. Même si le moteur 2017 perd 0.5 Cv par rapport à l’ancienne version et gagne 1.000tr/mn en régime maxi.

Entre 130km/h et la vitesse maxi, le Metropolis a encore de la ressource pour que vous sentiez les derniers chevaux arriver !

La vitesse maxi est de 150km/h compteur au régime de 8.000tr/mn. Attention, les vitesses compteurs et Gps sont très, très proches. Il ne faut que 13s au Metropolis pour parcourir le zéro à 100km/h.

Essai en ville

En ville et sur périphérique, le Metropolis 2017 est comme un poisson dans l’eau. La faible hauteur de selle, 780mm, permettra aux plus petits de poser les deux pieds par terre. Ils pourront ainsi reculer dans la circulation et y s’aventurer sans craindre de ne pouvoir revenir sur leurs pas.

A ces allures plus raisonnables, le Metropolis 2017 s’apprécie pour sa douceur et sa progressivité. Au guidon, tout semble facile. Vous apprécierez le couple qui a été optimisé dans les bas régimes pour rouler sur un filet. Vos parcours urbains et péri-urbains tourneront à la séance plaisir. Dommage que le guidon, lui, ne tourne pas assez. Il faut garder ce point en mémoire pour prévoir les demi-tours dans des espaces suffisamment dégagés.

La selle est non seulement belle avec ces deux revêtements, elle est en plus confortable. Le dosseret est réglable en longueur et vous pourrez à loisir vous avancer ou vous reculer sur le poste de pilotage. Et pour terminer le chapitre pratique, la smart key vous évitera de chercher dans vos poches une clé pour déverrouiller les coffres ou la direction.

Mesures relevées

Compteur 30 50 70 90 110 130 150
Gps Km/h 27 48 68 87 106 124 144
Régime tr/mn 3 400 3 800 4 500 5 000 5 800 6 800 8 000

Suspension – Châssis - Direction

La suspension est à débattement court, notamment sur l’avant. Elle retransmet toutes les imperfections de la route mais réussit néanmoins à les filtrer. De plus, ces imperfections n’ont aucun impact sur la tenue de route. Creux ou bosses, vous les sentez mais le scooter ne bronche pas, il garde le cap. Ce compromis permet de sentir la route sans en avoir les inconvénients. Surprenant au début mais finalement très efficace. C’est le résultat d’un liquide plus épais à l’intérieur des fourches et de ressorts plus souples. Un équilibre entre Yin et Yang qui fonctionne à merveille.

L’arrière se montre nettement plus conventionnel et cette fois, votre dos et passager seront unanimement d’accord pour apprécier l’amortissement.

A sa vitesse maximale, nous avons noté quelques louvoiements notamment lors des phases d’accélération intenses avant d’atteindre le régime maximum. Rien de grave, ce louvoiement est contenu et nous y avons mis fin en coupant légèrement l’accélération et en la reprenant ensuite. Et comme si le Metropolis avait posé son train avant et aligné l’arrière, le louvoiement s’est arrêté.

Les courbes, grandes ou petites, s’enchainent sans forcer et presque naturellement. Encore une fois, son gabarit et son poids font merveille. A son guidon, on oublie que le Metropolis est un trois roues.

La direction, à l’arrêt, se montre évidemment un peu lourde. De plus, le Metropolis n’est pas bon braqueur. Avec ses 256kg à vide, il faut donc faire des manœuvres pour le placer-déplacer à la main et sans moteur. Mais dès que le moteur est lancé, c’est une toute autre histoire. Mis à part son rayon de braquage, il se conduit avec une facilité étonnante. Le poids et le gabarit contenus l’aident grandement. A ce chapitre, le progrès par rapport à la version précédente est flagrant.

Freins

Quand nous vous disons que Peugeot ne s’est pas contenté de faire passer la norme Euro 4 à son Metropolis, nous en avons la démonstration avec le freinage après le moteur et la tenue de route. Freinage Nissin, capteur Abs Continental, disques de 230mm à l’avant contre 200 sur la version précédente, avec une telle configuration, le Metropolis est devenu un très bon freineur.

Nous avons relevé 8.6m à 50km/h contre plus de 11m sur l’ancien modèle. Pour une surprise, c’est une surprise. Peugeot annonce une amélioration de 23% de la distance de freinage et nous y sommes !

Si vous voyez devant vous un Metropolis, prudence donc, c’est un bon freineur. Et si ces warnings se mettent en marche tout d’un coup, ce n’est pas un alien qui arrive à freiner et à manipuler son bouton en même temps. Peugeot a simplement doté son Metropolis de l’activation des warnings, en cas de décélération forte du scooter.

Il faut souligner le bon positionnement de la pédale de frein qui est suspendu et ne vient donc pas encombrer le plancher. Cette pédale de frein, contrairement à celle des autres trois roues qui est sur un mode on-off, offre des sensations proche de celle d’une automobile. Vous pourrez doser au plus juste la force d’appui.

Consommation

Lors de nos essais, nous avons relevé une consommation de 4.9l/100 en roulage mixte ville-route-autoroute. Avec une conduite usuelle, vous devriez pouvoir économiser 0.5l de carburant.

Compte tenu de la surface frontale, du poids et des performances, la consommation du Metropolis 2017 se situe dans une bonne moyenne. Avec son réservoir de 13.5litres, l’autonomie envisagée est de 300km. Entre deux pleins, il ne faudra pas oublier où se trouve le bouchon du réservoir…

Conclusion

La très bonne surprise, c’est que le chef nous a concocté non pas une mais des surprises. Avec le passage à la norme Euro 4, Peugeot a revu de fond en comble son vaisseau amiral et rehaussé les prestations de plusieurs niveaux. Tenue de route, confort, consommation et surtout freinage, le millésime 2017 est assurément un bon cru.

Et cerise sur le gâteau, cette version RX-R ne coûte que 700€ de plus que l’ancienne version, soit 9.599€. Décidement, le Metropolis 2017 réserve bien des surprises, et heureusement, elles sont toutes bonnes.

Les plus Les moins
Moteur Son à l’échappement
Confort Contacteur clignotant "mou"
Sensations préservées Coffre acceptant un seul casque
Scooter valorisant

A lire également :
Essai comparatif Mp3 500 - Metropolis euro 4 : à couteaux tirés !.

PDF - 6.8 Mo
Metropolis_euro4_2017_notice_emploi

Portfolio

  • Essai Metropolis 2017 RX-R : droite
  • Essai Metropolis 2017 RX-R : gauche
  • Essai Metropolis 2017 RX-R : gauche
  • Essai Metropolis 2017 RX-R : jante
  • Essai Metropolis 2017 RX-R : arrière gauche
  • Essai Metropolis 2017 RX-R : selle conducteur et passager
  • Essai Metropolis 2017 RX-R : valve de biais
  • Essai Metropolis 2017 RX-R : arrière gauche
  • Essai Metropolis 2017 RX-R : tablier
  • Essai Metropolis 2017 RX-R : avant gauche
  • Essai Metropolis 2017 RX-R : pot échappement

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire également :

Tous les articles de la rubrique ...

... Tous les articles

Conseils

Promos de printemps : affaires à faire

Avec les beaux jours qui arrivent, les différentes marques se rappellent aux bons souvenirs des utilisateurs en offrant force promotions sur leurs scooters. Petit tour d'horizon pour acheter malin et en connaissance de cause. A noter toutefois. Ce n'est pas sur les modèles les plus en vogue que (...)

Agenda scooters et motos

Les blogs

Les derniers essais