Carte vigilance Carte de vigilance météo

Accueil > Conseils > Avant > Essai formation obligatoire 125cc : business en formation

Essai formation obligatoire 125cc : business en formation

mercredi 26 juillet 2017, par StephaneC.

Pour le titulaire d’un permis, la formation 125cc est obligatoire :

  • si ce dernier ne conduisait pas un 2 ou 3 roues avant 2011,
  • le permis de catégorie B a au moins deux ans.

La formation en question peut être suivie dès le mois qui précède la date anniversaire des 2 ans d’obtention du permis B. Si vous avez obtenu votre permis B avant le 1er mars 1980, vous êtes dispensé de cette formation.

Formation en théorie

La formation 125cc doit être effectuée en moto école et dure sept heures qui se composent ainsi :

  • 1 module théorique de 2 heures
  • 1 module de conduite hors circulation de 2 heures
  • 1 module de conduite en circulation de 3 heures.

Chacun des modules suit un axe d’enseignement spécifique. Le module théorique de 2 heures est destiné à appréhender les accidents les plus fréquents, notamment la conduite sous la pluie ou de nuit, la nécessité d’être équipé de vêtements protecteurs. Le module hors circulation de 2 heures est là pour vous permettre de découvrir le véhicule et ses caractéristiques. Enfin, le module en circulation de 3 heures, en et hors agglomération, permet notamment d’adapter sa vitesse aux conditions de circulation et aux autres usagers de la route.

Formation à 190€

Un tour sur internet et le ton est donné. La formation 125cc est généralement au tarif de 350€. Mais la magie d’Internet permet de dénicher une super promo dans une moto école parisienne à 190€ !!

C’est cette formation que nous avons testée.

Un coup de fil et là, le ton est immédiatement donné. C’est mardi à 08h, il faut venir avec une copie couleur du permis, une photo d’identité, et le n° de carte bleue pour réserver tout de suite par téléphone.

Je me lance, l’acompte de 90€ en carte bleue est prélevé le jour même et un mail de confirmation arrive 30 minutes après avec un rappel des documents à présenter. Rappel également sur le tarif, il reste 100€ à régler et en espèces car le secrétariat ne sera pas encore ouvert à mon arrivée.
Précisons aussi qu’on me demande de venir avec un casque et des gants homologués, des chaussures montantes, et un blouson. Un prêt de gants et de casque est possible moyennant 15€.

Déroulement de la journée

08h00
Nous sommes mardi et il est exactement 08 heures quand j’arrive. Deux moniteurs m’accueillent avec le sourire et m’invitent à patienter dans une petite salle. Vingt minutes passent ainsi en attendant les retardataires.
Il est 08h30, le groupe est enfin au complet. Nous sommes 13 élèves au final. Pas de secrétaire effectivement et l’appel des postulants commence pour finaliser les inscriptions, signer les attestations, donner les papiers demandés et se délester de 100€, en nous précisant pour le cas où cela n’aurait pas été clair, qu’un distributeur de billet est à 50 mètres.

08h45
Enfin, la formation commence. Elle débute par la partie théorique, une vidéo de 25 minutes que nous regardons. La vidéo nous rappelle quelques bases du code de la route et met l’accent sur les dangers de la mauvaise cohabitation entre les voitures et les 2 roues. Nous sommes tassés dans la salle et il y fait très chaud.

09h10
La vidéo est finie, un des animateurs entre dans la salle. Pas de debrefing de la vidéo ou de questions/réponses. De toute façon, il n’y avait rien pour prendre des notes. Il nous demande qui a déjà fait du scooter, nous sommes six à lever la main. J’apprends dans le même temps et avec étonnement, qu’il n’y a que six scooters. Finalement, ça tombe plutôt bien en fait, que nous ne soyons que six à avoir fait du scooter ! Tant pis pour les 7 autres, ils iront sur la « piste privée », et qui est à quelques kilomètre, en minibus.

09h15
Les choses sérieuses commencent pour nous six. Nous sommes équipés d’une radio dans la poche et d’un gilet fluo sur le dos. Enfin, il devait l’avoir été, il y a 10 ans ! J’enjambe mon scooter, un Honda Pcx et c’est parti !
Les six anciens scootéristes suivent le minibus. Dans la circulation des bouchons parisiens avec les travaux partout, nous atteignons difficilement les 15 km/h ! J’ai été désigné pour fermer le convoi et je constate que quelques camarades ne mettent pas les clignotants. Je m’attendais à un rappel du code de la route à la radio mais non. En fait, je dois être certainement le seul à l’avoir remarqué ! Après 45 minutes de conduite dans les bouchons, nous avons dû atteindre à 2 ou 3 reprises les 50 km/h !

10h30
Enfin, nous arrivons sur la fameuse « piste privée » vantée sur le site internet. Pour ma part, arrivé fatigué et tendu par cette conduite en situation ! Les bouchons parisiens, c’est du sport, je suis parti à 6h du matin et il commençait à faire chaud !!
Donc, la fameuse piste. Elle est, comment dire… certainement privée mais de tout ce qui fait qu’une piste est une piste. Il s’agit en fait d’une moitié de parking où des racines ont éclaté le goudron à certains endroits. Des feuilles mouillées jonchent une large surface sous les arbres sur un côté du tarmac. Des traces du déluge du dimanche précédent, sans doute. Le groupe est toujours divisé en deux, les sept novices d’un côté et de l’autre, les six autres.
Les plots sont installés, pas de mesure de la distance entre chaque, mais on va dire que c’est l’expérience… Et c’est parti pour nous six. Un slalom court et un slalom rapide, les sept autres se font briefer à côté avec un petit 50cm3 qui était caché dans le coffre du minibus. Ils conduisent chacun à leur tour le 50cc.

Slalom, slalom, slalom et encore slalom …. Je commence à m’ennuyer ! Avec l’accord de l’animateur, j’échange mon Honda Pcx pour un Piaggio Fly, histoire de varier un peu. Enfin, au bout de vingt minutes, nous nous arrêtons et le groupe est rassemblé.
Briefing théorique sur les équipements, casques, gants, pression des pneus et éléments de sécurité … La question qui tue de la part d’une élève, « M’sieur, c’est où qu’on met les clignotants ? » Oupss ! Cette élève faisait partie des 6 ! Je comprends mieux du coup ! Je n’avais pas fait attention mais c’est vrai que quand nous sommes partis de l’école, nous n’avons absolument pas été briefés sur le fonctionnement de base des différents scooters.
S’en suit des slaloms et toujours des slaloms. Avec des passagers pour corser la chose et depuis près d’une heure maintenant que nous tournons, il y a eu des chutes, des gamelles, les plots ne sont pas remis à leurs places… Ca devient un peu le b.rd.l, et j’ai fait mon dernier slalom entre les racines et les feuilles !

11h15
C’est fini et c’est tant mieux car je commence à en avoir assez de ces slaloms. Nous, les six du début, rentrons en minibus et les sept autres rentrent en scooter. Les sept autres, mais il n’y a que six scooters !? Ah oui, bah le 7septième sera passager et fera un échange de guidon en milieu de parcours avec un autre.

12h00
Rentré à l’école, pause déjeuner bien mériter ! Reprise à 13h.

13h00
Retour à l’école et reprise de la formation. Tous les participants sont là manque une 1 personne.
Les formateurs ont disparu, séance classique de code de 40 questions/réponses qui à mon grand étonnement ne sont pas ciblé sur le 2 roues et sans animateurs !

14h00
La vidéo de la série du code s’arrête. Nous sommes conviés à mettre les crayons dans le pot, poser la fiche sur le bureau, prendre nos attestations qui sont en vrac sur le bureau et laisser la place aux « jeunes » qui attendent pour leur séance de code !

Conclusion

Quelle déception ! Plusieurs points me viennent à l’esprit.
Personnellement, je n’ai trouvé aucune utilité à cette formation, je n’ai rien appris, je me suis ennuyé et ça été très, trop vite. Le prix « promo » en est-il pour quelque chose ? Je ne sais pas. Toujours est-il que nous sommes très loin des 7h de formation. Très loin également des 5 heures de roulage !
Après recherche, il n’y a aucun contrôle de la préfecture sur ces attestations. Ce sont les motos-écoles qui gèrent le business et elles seules ! Si l’état a fixé les règles de la formation, il brille par son absence dans son suivi.

De plus, il n’y a pas de contrôle par les préfectures du travail effectué par les moto-écoles. Confidence faite par l’un des animateurs.

Que du slalom, et toujours du slalom ! En faisant ce stage sur Paris, avec des parisiens, je m’attendais à des simulations de situations d’urgence, comme des évitements, des freinages d’urgence mais non, rien de tout ça …. Par manque de temps peut-être ? Bah non ! Nous, élèves, nous l’avions le temps puisque la formation devait durer 7h ! Finalement, je n’aurai passé que 3 heures en formation.

Est-ce que certaines moto-écoles ne jouent pas le jeu ? Je pense oui, et ces moto-écoles auraient tort de se priver.

Pour le participant dont la finalité est de prochainement conduire un 125cc, cette formation est pour lui. Il passera moins de 7 heures en plus.

Pour celui qui, comme moi, souhaite apprendre les rudiments de la conduite deux roues, disposer d’une base saine pour démarrer en deux roues, il vaut mieux qu’il passe son tour et fasse l’investissement d’une vraie formation.

A vous de voir quelle valeur vous placez dans ce petit morceau de carton.

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire également :

Tous les articles de la rubrique ...

... Tous les articles

Conseils

Conduite scooter : conseils pour débutant(e)

Ça y est, vous avez décidé de franchir le pas et de vous affranchir des embouteillages ? Le scooter vous tend les bras et pour le débutant que vous êtes, quatre règles à se rappeler avant de prendre la route 1. Avant l'achat, l'assurance Avant même de songer à faire le chèque au vendeur, il faut vous (...)

Agenda scooters et motos

Les blogs

Les derniers essais