Canvas Logo

Niken : en L5E ?

lundi 29 juillet 2019 , par Christian

La Niken est la nouvelle moto trois roues de Yamaha. Chez la marque aux diapasons, les trois roues ne sont que deux, pour le moment. Il y a d’un côté, le Tricity, scooter trois roues de 125cc, et à l’autre extrémité, la Niken, moto trois roues avec une motorisation de 850cc. Yamaha a volontairement laissé la Niken en catégorie moto et pelle eine à trouver son public.

La Niken était pourtant attendue. D’abord, parce que Yamaha plaçait la barre haut pour un trois roues. C’est en effet, le premier trois roues, doté d’une telle puissance. Le Can Am est à part dans la mesure où il vire à plat. C’est également le premier trois roues qui revendique une étiquette véritablement sport. Bref, autant de caractéristiques qui faisaient attendre la Niken avec une certaine impatience.

Cette dernière n’a rien à voir avec un scooter, si ce n’est les deux roues avant comme Piaggio, Peugeot et Quadro. C’est le seul point commun car pour le reste, la Niken est et restera une moto. Passage de vitesses obligatoire, même si le shifter permet de monter les rapports à la volée, embrayage au levier gauche, frein arrière à la pédale, transmission secondaire par chaîne, bref, Yamaha a souhaité conserver à sa MT09 trois roues tous les signes extérieurs d’une moto. Il faut donc le permis A pour conduire la Niken. Ce positionnement produit moto-3R a donc surpris.

Et, il faut bien constater que la Niken ne connait pas le succès escompté. En 2018, moins de 200 modèles se sont écoulés en France, 195, précisément. Ce chiffre est sans commune mesure avec les investissements réalisés pour la Niken. 2019 devrait être meilleur avec les modèles Tour de France mais il n’y pas autant de Niken que de coureurs…

Yamaha pourrait en rester là mais tout comme Piaggio avec son premier MP3, la législation va permettre à Yamaha de sauver l’accueil plus que froid du public.

Si Yamaha passe la Niken en catégorie L5E, c’est tout le marché des trois roues qui s’ouvre au Niken. Car tout est là. Le train avant, il suffit de l’élargir de quelques millimètres pour changer de catégorie. Le freinage couplé ? Yamaha sait faire sur ses scooters. Il manquera peut-être un blocage de suspension pour faciliter les manœuvres à l’arrêt. Et sur ce marché des trois roues, pour le moment trusté par Piaggio, un peu de concurrence ne peut faire que du bien. Cela ne peut qu’amener de la dynamique et du choix. D’un côté monocylindre, de l’autre trois cylindres, 500cc contre 700-800cc, véhicule typé scooter pour Piaggio, Peugeot et Quadro, typé moto pour Yamaha, le choix va enfin être là !

Enfin, dernier écueil, le prix. Pour pouvoir aborder le marché des trois roues, Yamaha devra revoir le prix, à la baisse. A 15.000€ et 850cc actuellement, la Niken ne trouve pas du tout son marché. En catégorie L5E, et aux alentours de 10.000€ avec certainement, une puissance moindre pour la différencier de l’actuelle Niken, la Niken L5E pourra prétendre devenir la nouvelle reine des routes.

Après avoir encadré le peloton du tour de France, bientôt des pelotons de Niken en ville et sur les routes ? Ce sera beau à voir et vivement ce jour !

Faisons un rêve.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire également :

Tous les articles de la rubrique ...

... Tous les articles