Carte vigilance Carte de vigilance météo

Accueil > Evénements > Compte rendu > Rétromobile 2018 : Peugeot-Citroën, Renault

Rétromobile 2018 : Peugeot-Citroën, Renault

dimanche 11 février 2018, par Christian, StephaneC.

A Rétromobile 2018, les marques françaises sont chez elles et présentent des modèles dans un état de conservation impeccable. Plus pimpantes et plus brillantes, ce n’est pas possible pour certaines, pour d’autres, elles sont restées dans leur jus.

Renault

C’est chez Renault qu’il est possible de se rendre compte de l’évolution de ce qui sera appelé voiture ou auto. De la type A à la Vivastella, en passant par le modèle Type AG1, le taxi de la Marne, trente années auront passés et permis de faire évoluer le concept et les techniques. Avec une constance chez Renault : diffuser au plus grand nombre.

Type A

La type A est la première pierre d’un gigantesque empire. Conçue et construite par Louis Renault, la voiturette n’était pourtant pas destinée à la vente.

1897 passionné de mécanique, s’intéressant de près à l’automobile naissante, Louis Renaut travaille comme dessinateur chez Delaunay Belleville. Il a 19 ans. Parallèlement, il aménage un atelier dans l’abri de jardin de la maison de campagne familiale, à Boulogne-Billancourt, et y construit pour ses déplacements personnels une petite voiture correspondant à ses propres plans.

Noel 1898 : la voiturette est prête et, dans la gaîté du soir du réveillon, Louis emmène quelques amis à l’assaut de la rue Lepic, sur la butte Montmartre.

Impressionnés par la facilité de conduite de l’engin plusieurs d’entre eux lui commandent le même, certains lui versant un acompte ! Deux mois plus tard est créée la société Renault Frères, pour la construction d’automobiles : c’est le début de l’aventure que l’on connait...

Légère et bien conçue, cette voiturette adopte déjà les principes de l’automobile moderne : moteur à avant, boite de vitesse munie d’une prise directe (dispositif breveté par Louis Renault), transmission par arbre à cardan et différentiel.

Elle sera exposée pour la première fois en public en juin 1899 puis, le 27 août, Louis et son frère Marcel se classeront 1" et 2- de la Coupe des chauffeurs amateurs, au Paris-Trouville.

Modèle présenté : Type A, 1898.
Monocylindre De Dion Bouton 4T, 273cc.

Type B

La type A première voiture réalisée Louis Renault, adoptait déjà les principes l’automobile moderne, avec son moteur a l’avant et sa transmission par arbre et surtout deux caractéristiques que l’on retrouvera tout au long de l’histoire de Renault simplicité et innovation.

Des 1900 apparait le souci du confort des occupants. Avec le carrossier Labourdette Renault met au point une carrosserie fermée, montée dès 1900 sur la Type B. Elle est souvent considérée comme l’une des premières conduites intérieures au monde.

Un peu plus puissante que la type A. la type B bénéficie des avances techniques de son prédécesseur, dont la boite de vitesses à prise directe, dispositif breveté pat Louis Renault permettant de gagner en efficacité et silence de fonctionnement.

Modèle présenté : Type B, 1899.
Monocylindre De Dion Bouton 4T, 450cc.

Type AG1

Le type AG1 est le premier taxi parisien Simple et robuste, le type AG1 permet de transporter des voyageurs qui peuvent aussi profiter du beau temps grâce à sa cabine décapotable innovante.

Pratique d’entretien et spécialement étudiée pour les besoins des flottes, il emporte le premier marché de taxis parisiens. Dès 1905, sont livrés 250 véhicules sillonnant la capitale, suivis de 1.000 en 1906 puis 1.500 deux ans plus tard. Ce succès constitue un excellent atout qui lui permet de s’exporter. Renault livre par exemple 1.100 type AG1 à Londres à partir de 1907.

En 1914, le type AG1 sera rebaptisé le « taxi de la Marne » pour sa participation à l’effort de guerre. Il est utilisé pour acheminer les troupes vers le front. 1.300 d’entre eux transportent 6.000 hommes qui permettront de remporter la bataille de la Marne.

Modèle présenté : AG1 FL Fiacre Léger, 1910.
Deux cylindres, 1.205cc.

Peugeot-Citroën et Talbot

Rétromobile est l’occasion de redécouvrir des marques tombées dans l’oubli et qui connurent leurs heures de gloire.

Talbot

C’est le cas de Talbot. Talbot est, à l’origine, un constructeur franco-britannique dont la branche française est devenue indépendante grâce à Anthony Lago. La marque fut vendue à Simca en 1958. Rachetée par Peugeot à Chrysler Europe en 1978, la marque appartient depuis au Groupe PSA.

En 1903, Adolphe Clément (Clément-Bayard) et Charles Chetwynd-Talbot (président du British Automobile Commercial Syndicate et 20ème comte de Shrewsbury and Talbot fondent Clément-Talbot pour assembler en Angleterre les automobiles Clément-Bayard françaises. En 1919, Clément-Talbot fut racheté par la filiale anglaise de la firme française Darracq pour former la Clément-Talbot-Darracq Ltd puis, après avoir racheté Sunbeam, la STD Motors Ltd (Sunbeam-Talbot-Darracq, le nom de Clément étant abandonné). C’est à partir de 1920 que les voitures Darracq vendues en France prennent la marque Talbot-Darracq. Dès 1921, la marque s’engage en compétition et acquiert ses titres de noblesse. Entre 1921 et 1923, elle remporte les trois dernières éditions de la Coupe Internationale des Voiturettes du Mans, avec la Talbot-Darracq 1500 à double arbre à cames en tête qui va aussi gagner à Brooklands le Junior Car Club 200 mile en 1921 (une épreuve où Talbot va dominer la concurrence à cinq reprises). Henry Segrave est l’un des principaux artisans des victoires de la première moitié des années 1920 (200 miles 1921, 1925, 1926, GP de Boulogne 1923, de Provence 1925 et 1926).

Talbot Lago – Coupé América

Cet élégant coupé dessiné par Carlo Delaisse et présenté en septembre 1957 a été réalisé en moins de vingt exemplaires.

Au rachat de la marque Talbot Logo et se ses usines en 1958 par Simca, cinq coupés de ce modèle étaient en attente d’une motorisation : c’est le cas du modèle exposé au salon Rétromobile.

Ils ont été dotés du V8 Aquilon de 2.351cc et 95Cv équipant les Simca Vedette et associé à une boite à quatre rapports. Ils atteignaient la vitesse maximale de 170km/h.

Peugeot Exalt

Avec Exalt, Peugeot dévoile en 2014 sa vision sublimée de la berne Exalt, c’est dune ligne athlétique, puissance et racée et des matériaux audacieux. Révélée par Onyx, la coupe France de la carrosserie est réinterprétée par l’association d’acier de d’un textile efficient, le Shark Skin, inspiré de la structure de la peau de requin.

Son habitacle, composé de matières naturelles, est dédié au confort et à une conduite instinctive. Cet art du voyage est propulsé par une chaîne de traction Hybrid 4 essence développant 340ch.

Peugeot Type 5

Venu du musée de l’Aventure Peugeot, qui fête cette année son 30ème anniversaire, cet ancêtre rappelle que, parmi les pionniers mondiaux de l’automobile encore en activité, Peugeot est le plus ancien ayant commercialisé ses premiers véhicules dès 1891.

Ce modèle, dit Type 5, est doté d’un moteur sous licence Daimler bicylindre en V, accouplé à un changement de vitesses à quatre rapports et une transmission par chaînes aux roues arrière. La vitesse maxi est de 18km.h.

Cet ancêtre fait un clin d’œil, à quelques semaines de son lancement, à la nouvelle berline Peugeot du segment D.

Citroën

En plus des nombreux véhicules mythiques de la marque au chevron, 2CV, Méhari, DS, Citroën rappelle que ses véhicules sont intimement liés à l’Histoire de France en exposant les véhicules des Présidents. La DS de Charles de Gaulle est exposée sur le stand, tout comme la SM de Georges Pompidou et la DS 7

DS 21 Pallas

Ce modèle date de 1969 et est la propriété du Général de Gaulle. Il s’agit ed sa voiture personnelle au moment où il a quitté le pouvoir.
Ce modèle est spécifique car il a été spécialement produit avec certains détails :

  • la présence d’une poche, au niveau du bloc moteur dans l’habitacle, qui était destinée à mettre le révolver du chauffeur
  • un pare-soleil à l’arrière droit
  • des vide-poches au dos des sièges avant.

Cette voiture est visible sur le film des obsèques du Général.

DS 21 Présidentielle

Si, depuis 1958, le Général de Gaulle avait adopté la DS pour tous ses déplacements, il faudra attendre 1968 pour voir arriver une DS limousine d’apparat dans le parc du Palais de l’Elysée, la DS 1 Présidentielle.

Livrée le 14 novembre 1968, cette voiture hors-normes avait pour cahier des charges de devoir être plus longue la Lincoln alors utilisée par le Président des Etats-Unis.

Construite et aménagée par le carrossier Henri Chapron, cette DS unique mesure 6.53 mètres et reçoit un équipement des plus luxueux avec glace de séparation bombée et inclinée, sellerie entièrement réalisée en cuir marron, strapontin pour l’interprète, glaces électriques, climatisation éclairages directs et indirects, interphone et mini-bar encastré.

Ses dimensions sont hors-normes pour une DS.

SM Présidentielle de Pompidou

Lancée au mois de mars 1070 au Salon de Genève, la SM se présente comme la digne héritière de la DS. Les études qui ont abouti à cette grande routière ont d’ailleurs été menées sur la base de DS transformée pour l’occasion. Outre son moteur à six cylindres en V, elle porte en effet en elle tout l’ADN de cette dernière, tant du pointe de vue technique que du point de vue de l’équipement, du confort, du niveau de finition et des qualités dynamiques.

En 1971, lors de l mandature du 19ème Président de la République Française, Georges Pompidou, la Présidence commande deux exemplaires de SM rallongées et découvrables. Réalisées par le carrossier Henri Chapron, ces SM adaptent une boite de vitesses et un système de refroidissement spécifiques permettant de rouler au pas. Utilisées lors de cérémonies officielles avec des hôtes étrangers, ces SM seront aussi bien empruntées par les Présidents Pompidou, Giscard d’Estaing, Mitterrand et Chirac.

DS 7 Crossback Présidentiel

La DS 7 Crossback Présidentiel s’inscrit dans la lignée des DS et SM qui ont accompagné les Présidents de la Ve République. Voiture unique, spécialement réalisée pour l’investiture du 25ème Président, DS 7 Crossback a fait sa première sortie officielle le 14 mai 2017 avec Emmanuel Macron à son bord.

De couleur Bleu Encre, DS 7 Crossback Présidentiel revêt une finition exclusive avec son toit découvrable réalisé sur-mesure, ses éléments identitaires tels que les signatures « République Française » sur ses flancs ou encore son porte-drapeau.

Son intérieur en cuir Art Leather noir est agrémenté par un habillage de Toile de Laque conçue et fabriquée par l’Atelier Maury, doreur de renom parisien. Des touches d’or subtiles et légères ornent ses coques de rétroviseurs ou ses jantes de 20 pouces.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire également :

Tous les articles de la rubrique ...

... Tous les articles

Conseils

Scooter trois roues : des avantages, des inconvénients ?

Can Am, Peugeot, Piaggio, Quadro,,… le scooter trois-roues (3R) a le vent en poupe et fait maintenant partie du paysage... deux roues. Maniable, il donne la possibilité à l’usager de conduire un véhicule plus puissant qu'un 125cc avec le permis auto. Une formation Titulaire du permis B, si vous (...)

Agenda scooters et motos

Les blogs

Les derniers essais