Canvas Logo

Traversée hivernale de Paris 2019 : des bulles et le plein d’images

jeudi 17 janvier 2019 , par Christian , StephaneC.

Pour cette 19ème Traversée hivernale de Paris, c’est sur l’esplanade de Vincennes que les véhicules arrivent. Comme toujours, c’est un joyeux empressement qui règne sur la place. Le temps de se garer, de prendre sa plaque « Traversée de Paris », de l’accrocher, prendre un café éventuellement, discuter.

Les voitures, motos, tracteurs, vélos, mobylettes et autres, 648 au total, arrivent à trouver un espace pour se poser. Il fait encore nuit, la température est fraiche sans être glaciale, les moteurs refroidis par air apprécieront. Cette année, les organisateurs ont installé de nombreuses barrières et les véhicules ne trouvant pas de place sur les abords de la place se garent… où ils peuvent. Cela ajoute à la notion de multitude mais c’est pour la bonne cause. Les véhicules se garent par affinités, créant ainsi autant de petites bulles. Les motos, les Solex, les tracteurs se regroupent et ça discute !

Soudain, le speaker annonce le départ. Mais rien ne se passe vraiment.

Il faut attendre que les tracteurs s’avancent pour que le mouvement se précise. Les près de trente tracteurs, de toutes tailles, se suivent à la queue-leu-leu. Les équipages ne sont pas peu fiers. Certains des tracteurs sont presque des pièces de collection, dont un Lanz Bulldog de 1950. Comme tout le monde souhaite partir et en même temps, il se forme un embouteillage festif où tout le monde arbore un grand sourire. Cela permet d’admirer plus longtemps ces belles anciennes.

Cette année, le thème choisi est la bande dessinée et au détour d’un carrefour, vous pouvez croiser les Dupont et Dupont, le capitaine Haddock, en chair et en os. Les véhicules n’étaient pas en reste avec des 2 CV, chères à Tintin, des Dauphine Berliet pour Harry Dickson, des Morgan pour Blake & Mortimer, des Cadillac pour Canardo, des DS, des Coccinelle, des Fiat 500, des Traction avant pour la série Les enquêtes de Margot.

Le réel vient visiter l’image. Les hauts lieux de la BD sont ainsi traversés. Spirou et Fantasio, aventuriers populaires, ont roulé leur bosse à Paris dans « Paris-sous-Seine ». Tardi et Malet ont emmené Nestor Burma à la gare de l’Est pour une enquête dans le milieu du show-biz. Dupuy et Berberian, fidèles auteurs des parutions de Fluide Glacial ont installé leur personne, Monsieur Jean, dans un studio de la place Clichy. Et Ray Banana, lui, se promène dans Montmartre.

Sur le bas du Sacré Cœur justement, un déversement de gasoil ou d’huile a rendu les pavés aussi glissant qu’une patinoire. Nombre de conducteurs deux roues ont terminés en poussant leurs véhicules. Avec un grand sourire en prime et des touristes ravis ! Les cartes mémoires ont dû chauffer pour immortaliser ce moment.

A l’heure de la transition écologique, cette Traversée de Paris n’est pas du tout écologiquement correcte mais le temps d’une traversée de Paris, revoir tous ces véhicules, c’est voir et vivre dans un musée roulant et qui vient à vous. Ca crache, ça fume, ça pétarade mais on en demande encore.

Rendez-vous l’année prochaine !

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire également :

Tous les articles de la rubrique ...

... Tous les articles