Canvas Logo

Essai Bullit Bluroc : look et tarif canons, pour tous les jours

dimanche 22 novembre 2020 , par Christian

Pour une fois, un essai de moto chez Asso-scooter.org. Il faut dire que nous avons une excuse. Cette Bullit Bluroc 125cc est tout simplement craquante dans son coloris jaune et noir. Look, craquant, mais pour le reste ? Réponse à suivre.

Présentation

La Bluroc de Bullit existe en trois coloris : British green, vert anglais, Dark grey, gris foncé et le coloris de notre essai, Yellow-black, jaune et noir. C’est certainement ce coloris bi-tons que vous rencontrerez le plus souvent tellement cela sied à la Bluroc.

Pour sa Bluroc, Bullit nous la joue rétro. Avec ses pneus à crampons, ses lignes épurés, la Bullit Blurox fait penser à une Suzuki Van Van ou une Yamaha DTMX. La Bluroc fait également penser à la Triumph du film la Grande Evasion. Bref, elle ne manque pas de références et chacun choisira celle qui lui plait le mieux. Le drapeau anglais sur ses flancs est là pour nous le rappeler. La selle matelassée augure d’un bon confort et fait penser aux fauteuils club anglais.

Bullit pousse le côté rétro jusqu’à installer le blocage de direction sur la colonne et non au tableau de bord.

Bref, côté look, c’est plutôt réussi et la Bluroc frôle le sans-faute. Il n’y a qu’à voir le nombre de personnes qui se sont arrêtées pour nous poser des questions lors de notre séance photo !

Noir sur le bas, jaune sur le dessus, la Bluroc fera des heureux parmi les paresseux du nettoyage. Un coup de chiffon et la Bluroc parait comme neuve.

Chez Bullit, le rétro rime avec modernité. Leds pour les clignotants et les blocs de feux avant et arrière. Et le compteur, s’il est placé bas, est complet et entièrement numérique, de plus en couleur. Il vous permettra de voir l’heure, un trip partiel et le général, le niveau du réservoir et le rapport engagé.

Le compte-tours est étalonné jusqu’à 12.000 tr/mn mais n’espérez pas les atteindre. Cerclé de chrome, le bloc compteur contribue à valoriser la Bluroc. La mise au contact se fait également à « l’ancienne », juste à côté du compteur.

Pas de kick et conception moderne oblige, le démarrage est électrique et la Bluroc délivre un bon petit son, grave et plein.

Sur route

La Bullit Bluroc, c’est un look, oui, mais il y a un moteur également. Le petit monocylindre de 125cc délivre la puissance respectable de 11.6Cv à 8.750 tr/mn et un couple de 9Nm à 7.750 tr/mn. Heureusement que le poids général n’est que de 110 kg.

Il est clair que la Bullit Bluroc n’est pas la moto qui vous fera user la gomme entre deux feux rouges. D’ailleurs, même si les trois premiers rapports sont clairement là pour lancer la moto, les quatrième et cinquième rapports ne font que baisser le régime moteur, au bénéfice de la consommation.

Le premier rapport propulse la Bluroc à 20kmh, à 6.000 tr/mn. La zone rouge est à 8.750 mais le moteur est à la limite. Au-delà des 6.000 tr/mn, il entre comme en transe et le fait savoir en grondant. Pas besoin donc le brutaliser. Il faut dire que notre Bluroc d’essai était toute neuve et n’avait que 10km au compteur. Un peu de respect pour la mécanique s’impose. En troisième, la Bluroc croise déjà à 60 km/h toujours à 6.000 tr/mn. En vitesse maxi, vous roulerez tranquillement à 90 km/h sans avoir l’impression que le moteur soit à la peine. Il faut simplement se souvenir que le moteur, s’il est volontaire n’est pas là, pour les départ-arrêtés.

La Bullit Bluroc se conduit en mode cruising, dans un confort qui est bon. Les suspensions et le cadre font le boulot et vous n’aurez pas d’appréhension à prendre les courbes, petites ou grandes à pleine vitesse. A ce rythme, la pression du vent, pas de pare-brise ni de protection, est tout à fait supportable et la position de conduite, avec le grand guidon plat, n’est pas fatigante.

En ville

En ville, la Bullit Bluroc se mène presque comme un vélo. Son poids, léger, y est certainement pour quelque chose, tout comme la hauteur de selle. Celle-ci culmine à 745mm et les plus petits pourront poser les deux pieds à terre, sans forcer ou passer par-dessus un marchepied. Les grands rétroviseurs passent largement au-dessus de ceux des voitures.

Du vélo, la Bullit Bluroc emprunte également le format. Largeur et longueur de 1.990mm, en font un poisson dans l’eau dans les embouteillages. La Bluroc est également assez haute pour que les automobilistes vous voient bien.

Freinage

Avec ses deux disques, 275mm, à l’avant, 210mm, à l’arrière, la Bullit Bluroc freine fort et c’est même étonnant pour une moto de ce gabarit. Au niveau visuel, le frein avant semble d’ailleurs démesuré par rapport à la taille de la moto.

Sur notre modèle d’essai, la pédale était réglée très haut, ce qui oblige à lever le pied et à le poser sur celle-ci sans vraiment de dosage. Une fois intégré ce paramètre, la Bluroc freine donc bien, avec un freinage couplé à la pédale. Au frein avant, la fourche télescopique ne vient pas s’enfoncer dans le bitume et contribue ainsi à maintenir l’équilibre de la moto lors des séquences de freinage appuyés.

A signaler l’élégance du maître-cylindre au guidon. Ce n’est pas le bête truc noir habituel mais un beau contenant transparent taillé en pointe sur le côté gauche. A voir cependant la résistance si un gravillon vient à le frapper.

Pas de mesures de distance de freinage avec la Bluroc, la monte d’origine des pneus à crampons de Yuanxing pénalise les mesures.

Monte d’origine

Le fabricant de la monte d’origine est le manufacturier Yuanxing. Cette marque est connue pour ses pneus cross.

Ils sont plutôt durs et offrent un grip acceptable sur le sec. Avec des pneus crampons comme ceux qui équipent notre Bluroc, et contrairement à des pneus de route, la sensation au guidon est celle d’un léger flottement. Il ne s’agit que d’une sensation car la moto reste bien en ligne. Sur le mouillé, il vaut mieux réduire l’allure.

Pourtant, ces crampons font partie intégrante du look de la Bluroc !

Consommation

Après le freinage, l’autre élément de surprise provient de la consommation. Sur notre machine, pas encore rodée, nous avons consommé moins de 3 l/100, précisément, 2.6 l/100. Pour cause de rodage, notre consommation a été, pour une fois, inférieure à celle du constructeur.

En tenant compte du réservoir de 14 litres, vous pouvez envisager une autonomie de 460 km ! Avec de tels chiffres, si vous prenez la route, ce sera certainement le conducteur qui devra faire des arrêts plus souvent pour lui que pour faire le plein de sa moto.

Conclusion

La Bluroc de Bullit est une moto qui nous ramène aux basiques du plaisir deux roues. Un moteur qui ronronne, une moto qui se conduit sans technique particulière, avec un freinage et un confort qui font partie de la dotation de base, le tout au tarif de 2.199€.

A ce tarif, la Bluroc est un petit rayon de soleil dans la grisaille ambiante. Et comme pour les meilleurs remèdes, nous vous prescrivons une bonne dose de Bullit Bluroc, tous les jours !

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.