Carte vigilance Carte de vigilance météo

Accueil > Guides > Scooters > Yamaha > T-Max > Essai Yamaha T-Max DX 2017 : Euro 4 pour la forme

Essai Yamaha T-Max DX 2017 : Euro 4 pour la forme

lundi 5 juin 2017, par Christian, StephaneC.

Le Yamaha T-Max fait partie de notre paysage scooter depuis 2001. Depuis 16 ans, il a inventé un genre, le scooter sportif, et est devenu une icône au fil du temps en évoluant d’année en année. Il ne laisse personne indifférent. Il n’y a qu’à voir le regard des automobilistes quand ils vous voient remonter les files ou quand vous les croisez…

Le Yamaha T-Max passe donc aux normes Euro 4 et s’appelle désormais T-Max standard, SX et DX pour la version la plus richement dotée. C’est cette version que nous avons essayée.

Le Yamaha T-Max passe les normes Euro 4 et s’appelle désormais T-Max standard, SX et DX pour la version la plus richement dotée. C’est cette version que nous avons essayée.

Look et équipement

Entre la version standard, affichée à 11.499€ et la version DX, affichée à 13.299€, la différence de 1.800€ correspond à une dotation supplémentaire comprenant :

  • un régulateur de vitesse
  • un sélecteur de puissance Touring ou Sport
  • une bulle à réglage électrique jusqu’à 135mm
  • des poignées et une selle chauffantes
  • une application T-Max Connect liée au Gps.

La version 2017 abandonne le gros bouton central regroupant les commandes. Elles sont maintenant réparties sur le guidon et leur emplacement est plus facile à trouver et plus logique.

La version 2017 se pare d’inserts façon aluminium sur les compteurs, sur la base du tableau du guidon, du tablier. Le bouton du démarreur est également cerclé de cette façon. Des inserts façon aluminium agrémentent ainsi l’habillage du DX. Le plastique du poste de pilotage sous un certain angle rappelle l’aspect du cuir. Entre aluminium et cuir, c’est très bien vu et valorisant pour le propriétaire du scooter.

Avec toute cette dotation, les commodos sont assez chargés, le commodo droit l’étant le moins. Vous avez le coupe-circuit, le sélecteur de puissance, le warning et le démarreur.

A gauche, le commodo est séparé en deux zones. Sur la première, vous avez, en plus des traditionnels boutons de basculement code-phare, les clignotants et le klaxon. Sur la seconde zone, vous avez le bouton qui permet de sélectionner la fonction, pare-brise, poignées, assise, et leurs réglages et enfin, le régulateur de vitesse. Les leviers de frein sont toujours réglables.

Au tableau de bord, Yamaha est resté fidèle aux aiguilles pour l’affichage. Sur le cadran de gauche, vous pourrez lire la vitesse et sur celui de droite, le régime moteur. Entre les deux, une fenêtre digitale afficher l’heure, le degré de chauffe des poignées ou de la selle. Vous y verrez également le niveau d’essence et la température moteur, le mode Sport ou Touring qui a été sélectionné, la température, les deux trips partiels, le général, la consommation moyenne, instantanée, la température... Un voyant « Eco » vous signalera une conduite « raisonnable ». Le TCS, Traction Control System, permet d’éviter tout dérapage au démarrage. Il est débrayable.

Malgré la relative complexité et foisonnement des boutons, vous n’aurez besoin que de quelques tours de roue pour acquérir leur maniement.

Parmi les autres nouveautés du millésime 2017, il faut noter la béquille centrale qui se bloque en même temps que le guidon, le coffre qui accepte un casque en taille XL en position inversée ainsi que quelques affaires, des feux arrières qui rappellent les sportives de la marque.

Le T-Max 2017 gagne 9kk par rapport au millésime précédent grâce à un tout nouveau cadre léger en aluminium coulé sous pression et le bras oscillant en aluminium, rallongé de 40mm.

Enfin, Yamaha a conservé les basiques du T-Max : le son à l’échappement, même s’il est légèrement différent, et le pot qui pointent vers le ciel.

Au verrouillage, le tableau de bord nous gratifie d’un "See you soon".

Moteur

Comme souvent lors du passage à l’Euro 4, le moteur perd un peu de sa puissance. Mais rassurez-vous, rien de dramatique. La version 2017 du T-Max perd 0.54Cv.

Le couple quant à lui reste pratiquement le même : 53Nm en 2017 contre 52.3 pour la version précédente. Ces changements infimes font que le T-Max reste le T-Max.

Avec le régime moteur plus haut perché dans les tours, le T-Max 2017 est plus expressif. Il s’ensuit un « bourdonnement » assez présent au niveau du poste de pilotage. C’est assez sympathique au début mais au bout d’une journée, la coupure moteur est bienvenue.

Vitesse 50 70 90 110 130
Gps 45 66 83 103 121
Régime 3.800 4.200 4.800 5.500 5.900

La vitesse maximale obtenue est de 180km/h compteur au régime de 8.000tr/mn, et 164km/h au Gps. A noter que la bulle positionnée au maximum protège efficacement du bruit, de la pression du vent mais fait perdre 500tr/mn au T-Max. La vitesse maximum n’est plus que 161km/h.

En accélération, il faut 6’35 au T-Max pour passer du zéro au 100km/h. Ce chrono est celui d’une Subaru Impreza.

Mode Touring ou Sport

Avec le sélecteur de puissance en mode « T » pour Touring, lors des premières accélérations, il faut pousser le moteur vers les 5.000tr/mn pour ressentir une poussée conséquente. Une fois arrivé à ce régime, le moteur poursuit sur sa lancée sans jamais faiblir. Elle est continue, constante. Presque trop linéaire. Il faut dire que Yamaha, avec ce T-Max 2017, vise clairement tous types de conducteurs-pilotes et que ce millésime le fait bien. Le moteur ne surprendra personne et surtout pas la nouvelle population visée. C’est très bien vu de la part de Yamaha. Pour les conducteurs-pilotes de deux roues, le moteur manquera de personnalité, de caractère car justement accessible à tous.

Dès que l’horizon se dégage, vous pouvez enfin profiter du potentiel du T-Max, sans retenue. Il faut pour cela passer en mode « S ». S pour Sport. La magie de la cartographie fait que la puissance est délivrée 1.000 tr.mn plus bas. En « S », dès 4.000tr/mn, le moteur lance la cavalerie. Dommage que le moteur soit toujours aussi linéaire, même à l’approche de la zone rouge. Pas de caractère rageur dans hauts régimes, mais toujours une constance dans la poussée.

Le changement de mode se fait à n’importe quelle vitesse, il suffit de couper l’accélération.

Comportement

Au niveau du comportement, le T-Max millésime 2017 a conservé toutes les bonnes dispositions des modèles précédents. Il est toujours aussi facile à mener de droite et de gauche.

Sur route et aidé en cela par ses 216kg tous plein faits, vous serez surpris des possibilités qui s’ouvrent à vous. Le train avant est toujours aussi précis et vif. La mise sur l’angle se fait presque « naturellement ». Il suffit de porter son regard là où vous souhaitez passer et le T-Max suit. Impossible de prendre le châssis et les suspensions en défaut et c’est même le T-Max qui rattrapera les petits défauts de votre conduite. En virage et sur l’angle, un pincement des plaquettes ne le relèvera pas.

La monte d’origine, des Dunlop RoadSmart III, contribue certainement à ce haut niveau de prestations.

En ville, sa maniabilité et sa puissance seront vos meilleurs alliés. Vous pourrez rouler sur un filet de gaz et être capable d’accélérations puissantes, vous pourrez vous faufiler comme un vélo (ou presque) et affronter les pires pavés de la ville. La selle est bien un peu large sur l’avant pour les plus petits mais c’est le prix à payer pour pouvoir contenir un casque XL dans le coffre.

Sur circuit, le T-Max tient toujours aussi bien la route mais son allègement donne l’impression qu’il va se désunir ou s’envoler. Pourtant, il n’en est rien. Le châssis et les suspensions font bien leur travail et le T-Max poursuit sa route, imperturbable. A la vitesse maximale, les différentes fonctions sont toujours lisibles et facilement activables.

Régulateur de vitesse

Une fonction qui vous évitera des soucis d’excès de vitesse ou de fatigue à force de maintenir la poignée. Très facilement activable, le régulateur permet de maintenir sa vitesse, à partir de 25km/h. Une fois enclenchée, vous pouvez toujours accélérer et revenir à la vitesse programmée.

Comme sur les voitures, une pression sur l’un des leviers de frein désenclenche le régulateur de vitesse.

Freins

Les freins Yamaha sont réputés pour être efficaces et sur le T-Max, ils ne dérogent pas à la règle. Avec deux disques de 267mm de diamètre à l’avant, un disque de 267mm de diamètre à l’arrière, un poids roulant contenu, le T-Max est bon freineur.

A 50km/h, il lui faut 6.40m pour s’arrêter. Avec en prime, une très bonne sensation aux leviers, l’Abs est plus sensible sur l’arrière alors que l’avant ne le déclenche pas du tout. La fourche contient bien le transfert des masses et le T-Max reste bien droit.

Consommation

Lors de nos essais, nous avons réalisé une consommation de 5.14 litres aux 100. Par rapport au millésime précédent, la hausse de consommation n’est que de 0.21 litre. Autant dire que c’est négligeable. L’allègement du T-Max, une amélioration aérodynamique et un moteur optimisé contribuent à ce bon résultat.

En conduite usuelle, il faudra tabler sur une consommation de 4.6 litres aux 100, ce qui autorise une autonomie avoisinant les 300km avec son réservoir de 15 litres.

Conclusion

D’année en année, le T-Max s’améliore. Avec l’arrivée de la norme Euro 4, on aurait pu craindre le pire. Le T-Max a conservé son âme mais il a perdu de son caractère. C’est une bonne chose pour les nouveaux conducteurs qui le conduiront sans appréhension. Pour les puristes, à l’âge de l’adolescence, il s’est assagi, même s’il reste sportif dans l’âme, marathonien ou sprinter, selon vos humeurs.

Reste le tarif. Dans cette version DX suréquipée, le T-Max est à 13.299€. La version SX s’affiche à 12.299€ et la version de base à 11.499€. Cela en fait un scooter cher mais le T-Max n’est pas un scooter comme les autres. C’est LE scooter, symbole et icône, celui qui fait rêver et celui qui, secrètement, fait envie.

Il serait dommage qu’à cause de son prix, cette icône se transforme en graal inaccessible.

A lire également :
Essai T-Max DX, X-Adv, AK 550 : les maxis de sortie en 2017.

Portfolio

  • Essai T-Max DX 2017 : gauche
  • Essai T-Max DX 2017 : droite
  • Essai T-Max DX 2017 : face
  • Essai T-Max DX 2017 : arrière
  • Essai T-Max DX 2017 : arrière droite
  • Essai T-Max DX 2017 : avant gauche
  • Essai T-Max DX 2017 : poste de pilotage
  • Essai T-Max DX 2017 : ensemble
  • Essai T-Max DX 2017 : roue avant droite
  • Essai T-Max DX 2017 : roue avant gauche
  • Essai T-Max DX 2017 : incrustation alu
  • Essai T-Max DX 2017 : carter gauche
  • Essai T-Max DX 2017 : roue arrière gauche
  • Essai T-Max DX 2017 : roue arrière droite et pot
  • Essai T-Max DX 2017 : coffre
  • Essai T-Max DX 2017 : trappe essence
  • Essai T-Max DX 2017 : boite à gants
  • Essai T-Max DX 2017 : commodo gauche
  • Essai T-Max DX 2017 : commodo droite
  • Essai T-Max DX 2017 : poste pilotage aluminium
  • Essai T-Max DX 2017 : compteurs
  • Essai T-Max DX 2017 : route face
  • Essai T-Max DX 2017 : route arrière gauche
  • Essai T-Max DX 2017 : route gauche
  • Essai T-Max DX 2017 : route gauche
  • Essai T-Max DX 2017 : route gauche

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire également :

Tous les articles de la rubrique ...

... Tous les articles

Conseils

V-Trafic.com : préparer son voyage

A l’occasion de la mise à jour de son site V-Trafic.com, Médiamobile publie les résultats d’un sondage aux résultats étonnants. V-Trafic.com Le site V-Trafic a opéré une synthèse entre le site de Bibendum et Sytadin. De Bibendum, V-Trafic a conservé la possibilité d’établir un trajet à travers toute la (...)

Agenda scooters et motos

Les blogs

Les derniers essais