Canvas Logo

Airbag Hit-Air : un airbag pour la vie

lundi 1er septembre 2014 , par Christian

L’histoire de Hit-Air et de ses airbags pourrait commencer par « Il était une fois ». C’est en effet, en 1995 que la société Mugen Denko commence les recherches pour un airbag motocyclistes. En 1998, Mugen Denko commercialise le fruit de ses recherches sous la marque Hit-Air.

Devenue rapidement leader international par la qualité et l’aboutissement technologique de ses produits, la marque Hit-Air perpétue l’expertise japonaise en matière d’équipement pour motocyclistes et se décline rapidement avec une gamme équitation. Encore aujourd’hui de facture japonaise, les airbags Hit-Air sont distribués dans plus d’une vingtaine de pays à travers le monde.

Hit-Air en France

En France, la société Hit-Air connait un essor remarquable depuis les années 2008. Grâce à l’appel d’offres de la gendarmerie nationale qui souhaitait doter les motards gendarmes d’un équipement intégrant cette technologie. C’est la société Leo Minor qui est chargée de répondre à l’appel d’offres et Hit-Air naturellement intègre les spécifications techniques. Six ans après, la gendarmerie moto (6.000 personnes) est totalement équipée d’un blouson répondant à la norme 13595-1, "Habillement de protection pour les motocyclistes professionnels – Blousons, pantalons et combinaisons une ou deux pièces".

Pour mémoire, cette norme impose une résistance à l’abrasion de 4 secondes, à l’éclatement de 700 kPa et à la perforation (lame lâchée de 400mm de haut) de 25mm.

Le blouson « gendarmerie » reçoit également des coques de protection aux épaules et aux coudes. Sébastien Bouillot, chargé d’études de la société Leo Minor, spécialisée dans les appels d’offres « Textiles » de l’administration, ajoute : « En 2011, la gendarmerie comptait 12 morts. En 2012, il n’y a eu qu’un seul décès dans les rangs de la gendarmerie motocycliste, et encore, le gendarme était en statique. »

Après la gendarmerie nationale, c’est au tour des douanes et des motards de Monaco de réclamer un blouson similaire.

Hit-Air Japon, convaincu de l’approche du potentiel du marché français, confie donc naturellement la distribution de ses produits à Leo Minor.

Leo Minor

L’airbag Hit-Air est de fabrication japonaise mais c’est Leo Minor qui assure la conception et la fabrication des blousons et autres vêtements. La société, dont le siège social est basé à Nîmes, est composée de 600 personnes dont une quinzaine est localisée au siège, à Nîmes. La confection des vêtements est quant à elle, réalisée au Maroc.

Sébastien Bouillot : « En France, nous sommes non seulement distributeurs de Hit-Air mais également prescripteurs d’améliorations. Notre position et notre écoute du marché fait que nous avons des échanges avec le Japon pour améliorer et adapter les produits Hit-Air. C’est une relation gagnant-gagnant. »

Caractéristiques techniques

L’airbag Hit-Air est de type filaire et répond à la directive européenne 89/686. La norme 1621-4 qui a vu le jour en juin 2013 n’est toujours pas nécessairement applicable car non harmonisée à l’échelle européenne, la France ayant émise son objection. La pression maximum est de 35kpa (0.35kg/cm2, 5 psi.) quand le gilet est gonflé. Il se dégonfle graduellement. Le gilet met entre 110 et 160 millisecondes suivant les tailles pour se gonfler à son maximum.

Le gaz est contenu dans une cartouche et est libéré par un mécanisme qu’un bille retient. Elle est située à l’autre bout du câble, côté gilet. En se décrochant du gilet, le câble va ôter la bille de son emplacement. Cela aura pour effet de libérer le mécanisme percuteur du gilet et le gaz de la cartouche viendra ainsi gonfler le gilet.

Comme pour les airbags à cartouche, l’utilisateur a tout loisir de remettre en état le gilet après déclenchement. Il suffit de remettre la bille en place après avoir repoussé le mécanisme percuteur puis de mettre une nouvelle cartouche de gaz.

Si l’utilisateur a le moindre doute sur l’étanchéité du gilet, il est toujours possible de retourner le gilet à Nîmes pour vérification.

La particularité du gilet Hit-Air est la taille du boudin au niveau des cervicales. C’est un plus indéniable en cas d’accident.

L’avenir

Hit-Air envisage l’avenir sereinement. Le blouson gendarmerie est l’exemple d’un marché bien compris et pour lequel Leo Minor et Hit-Air ont maintenant l’expertise.

Hit-Air continue son chemin auprès du grand public et, même si un airbag représente toujours un investissement, Hit-Air multiplie les canaux de distribution. Site internet, distributeurs, revendeurs, grands comptes, Hit-Air entend rester leader sur le marché de l’airbag.

Et Sébastien Bouillot n’est jamais à court d’idées pour promouvoir ses produits.

Pour information :
Gilet 499€
Blouson 555€
Veste hiver 655€.






Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.