Canvas Logo

Belgian Vespa Days 2016 : ils ont la frite !

mardi 13 septembre 2016 , par Christian , Emmanuel G.

Après les Vespa World Days à Port Grimaud, c’est en Belgique, à Ath, qu’a lieu une autre concentration Vespa. Ces journées Vespa ont beau être nordiste, il y fait toujours beau et les Vespistes sont nombreux à venir. Des italiens, hollandais, anglais, français, allemands… viennent à Ath prolonger les Vespa Worlds Days et ils sont nombreux à participer aux deux événements.

Tout est là pour que ces Belgian Vespa Days soient réussies. Un site dédié et fermé, des animations dont une manche du championnat européen de Gymkana, des balades, un dîner de gala et une parade le dimanche, ouverte par les autorités locales. Marc Duvivier, bourgmestre de Ath, vient d’ailleurs en personne assister à la proclamation des résultats le samedi soir. Entre les deux, du stunt et à scooter, s’il-vous-plait, avec Günter Schachermayr et sa bonne humeur communicative, un run de Vespa, des danses, de la bière, des frites, bien sûr, et un esprit chaleureux sous des dehors un peu rude.

Il n’est donc pas étonnant que plus de 750 Vespistes se sont inscrits et avec les visiteurs, les Belgian Vespa Days ont réuni près de 1.000 personnes.

Ambiance

Nos amis belges sont ainsi. Légèrement distants au début mais après quelques secondes de discussion, c’est comme si vous les connaissiez depuis des années. Ils se livrent, et avec leur cœur, et ce faisant, vous tomberez vite sous le charme.

Ici, les scooters sont anciens et modernes, Vespa essentiellement, mais les autres marques sont les bienvenues. Il ne peut en être autrement avec ce cœur sur la main qui caractérise les Vespistes d’Ath.

Certains scooters sont des raretés et même des pièces uniques. Comme celui de Thierry, du Vespa Club de Charleroi, qui a équipé le sien d’une remorque indienne Inder. L’attache est maison. Son Px est de 1982 et a maintenant près de 50.000lm. L’idée de la remorque lui est venue ou plutôt s’est imposée à lui lors d’un voyage avec son ami en 2015. Pour ce voyage de 20 jours en partant de Charleroi, vers l’Autriche, la Croatie, il a fallu prendre des vêtements, des pièces de rechange. Son Px est un 150cc qu’il équipé d’un kit 175cc, pour tracter la remorque plus facilement. Il a ainsi pu gravir des pentes de 17% en Slovénie.

Mickaël n’est pas en reste avec son scooter low-rider. Sur base d’un Sprint 150cc, Mickaël a complètement refait son scooter. Toutes les pièces ont été glanées sur internet, il n’a que peu modifiées celles d’origine, la coque arrière, le capotage du guidon. Avec cette peinture noire mate, l’effet est saisissant et surtout réussi. Son scooter low-ride n’a presque plus de suspension surtout sur l’avant. Au niveau moteur, Mickaël l’a équipé d’un boitier électronique pour privilégier les reprises. Sa prochaine transformation portera sur une Harley-Davidson.

Mais il n’y a pas que des scooters, il y a aussi des hommes. Comme Philippe du Vespa Club de Normandie, à Fécamp. Pour lui, le scooter, c’est de père en fils. Son père avant lui avait un Vespa et faisait partie du 1er club Vespa de Normandie dans les années 50. Le fils de Philippe suit déjà ses traces et Philippe a fait l’acquisition d’un 50cc à pédale. Mais la passion de Philippe ne s’arrête pas qu’aux véhicules. Il a chez lui, un véritable musée dédié à la marque de Pontedera. Entre pines, certificats de participation aux concentrations, documentation, plaques commémoratives, outils et objets spécifiques qu’il a créés, comme pour régler l’allumage ou le support de plaque immatriculation, Philippe a également une Acma 400, comme sa mère et un autre membre de sa famille.

Et parmi les personnalités des Belgian Vespa Days, il faut citer Gustave, 87 ans, qui est le doyen des Belgian Vepa Days.

Gymkhana

Les Belgian Vepa Days accueillent une des manches du championnat européen de Gymkhana. Le parcours est chronométré et les participants se donnent à fond. Il commence par un rond qui s’enchaine sur un autre rond, il faut ensuite passer un bâton dans un trou, les récupérer ensuite, slalom, puis pousser une barre, slalom à nouveau, passage entre piquets, tremplin, planche, slalom, à nouveau pousser une barre… c’est un parcours qui demande à la fois technique, dextérité, rapidité. Chacun a ses recettes pour gagner : poignée de gaz bloquée, ralenti plus haut…

Le championnat se dispute par équipes, en individuel et est également ouvert aux amateurs.

Stunt scooter : Günter Schachermayr

Il est autrichien et ne se prend pas du tout au sérieux, même s’il a certainement pratiqué encore et encore pour arriver à son niveau. Tout semble tellement facile. Günter a toujours aimé Vespa et se l’est même tatoué sur le mollet gauche. Déjà tout jeune, il économisait centime par centime pour pouvoir assouvir sa passion Vespiste.

Maintenant, il accomplit ses acrobaties aux guidons de Vespa, avec toujours une touche humoristique qu’il partage avec le public qui le lui rend bien. Contrairement à Piaggio qui multiplie les roues, son stunt commence sur deux roues et se termine sur une seule. Il faut voir la facilité qu’il a de lever la roue avant, avec un moteur qui ne semble pas forcer, tout comme lui. Le plaisir que Günter a à se produire ainsi devant le public est évident. Sa générosité est telle qu’il se prête volontiers aux séances de dédicaces, photos, selfies avec lui. Dommage que l’autrichien soit la seule langue que Günter parle car il aurait mille anecdotes à raconter.

Run

Nouvelle animation des Belgian Vespa Days, le run est un départ arrêté sur 50m à deux. Le premier qui passe la ligne d’arrivée a gagné.

Ici, le chrono n’existe pas mais ça bataille dur. Il faut voir et entendre les Vespa s’élancer. Entre certains modèles, la différence est démesurée, avec d’autres, l’écart est plus serré. Ce n’est qu’un « petit » run mais les participants se lancent dans cette accélération avec toute la rage que leur permet leur moteur !

Pour la prochaine édition, il faudra veiller à faire un retour sur un parcours différent de celui du run.

Balades

Elles sont libres et les parcours sont fléchés. Avec les Capitaines de Route, une spécificité belge qui n’est, hélas, pas reprises par les autres pays européens, les carrefours et croisements sont sécurisés. Une balade libre, cela signifie que les participants individuels ou par clubs peuvent partir comme ils le souhaitent et faire une balade en totalité ou en partie. Curieusement, c’est l’embouteillage à la sortie.

Et si la Belgique est le plat pays, les routes se sont pas un tapis. Prudence, donc, certaines portions sont vraiment détériorées. Ici, vous pouvez traverser des villages à 70km/h, même si la limite est fixée également à 50km/h et l’autoroute ne se prend qu’à 120km/h.

Mais les paysages et surtout les couleurs de la Wallonie sont uniques. Les maisons sont en briquettes rouges ou grises, il y a des maisons et soudain l’une d’elles a une petite tour. Surprenant et beau.

Aux Belgian Vespa Days, vous en repartirez requinqués tellement nos amis belges ont la frite et le sens de l’accueil et des souvenirs plein les yeux.

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire également :

Tous les articles de la rubrique ...

... Tous les articles