Canvas Logo

Sécurité Routière : stupéfiants au volant, ça peut être fatal

vendredi 4 novembre 2016 , par Christian

Parmi les 3 461 personnes décédées sur les routes en 2015, l’Observatoire national interministériel de la Sécurité Routière (ONISR) estime que 23 % d’entre elles, soit 790 personnes, ont trouvé la mort dans un accident impliquant un conducteur positif aux stupéfiants. En France, s’agissant du cannabis, ils sont plus de 13 millions à en avoir goûté au moins une fois, et 1,2 million à en consommer régulièrement*.

Diminution des facultés visuelles et auditives, état d’excitation intense, perte de la conscience du danger… Si les effets physiologiques du cannabis, de la cocaïne, de l’ecstasy ou de l’héroïne sont différents d’une substance à l’autre, toutes diminuent la performance de conduite, particulièrement en situation d’urgence. C’est pourquoi la Sécurité routière lance une campagne grand public en radio, sur Internet et les réseaux sociaux.

*Source Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT) 2014.

Nouveau prélèvement salivaire

Pour lutter plus efficacement contre la conduite après usage de produits stupéfiants, la Sécurité routière a testé dans 11 départements un kit salivaire de confirmation de consommation qui sera utilisé fin 2016 par les forces de l’ordre au bord des routes.

En cas de contrôle, à la suite de la constatation d’une infraction routière, d’un accident de la circulation ou encore en présence de signes extérieurs laissant présumer une conduite après usage de stupéfiants, un conducteur peut être soumis par les forces de l’ordre à un dépistage salivaire. Ce dépistage est obligatoire en cas d’accident corporel. Le procureur de la République ou un officier de police judiciaire peut également requérir la réalisation de ce type de contrôle.

Jusqu’à présent, si ce dépistage s’avérait positif, le conducteur était transporté auprès d’un médecin pour un prélèvement sanguin. L’analyse en laboratoire de ce prélèvement permet de caractériser et confirmer l’infraction. Ce transport était toutefois chronophage pour les forces de l’ordre, celui-ci étant bien souvent réalisé vers les services hospitaliers déjà bien employés sur d’autres urgences.

Fin 2016, avec la généralisation du prélèvement salivaire de confirmation, les forces de l’ordre n’auront plus à se déplacer en milieu hospitalier pour qu’un médecin effectue une analyse sanguine.

Le nouveau prélèvement salivaire de confirmation sera réalisé directement en bord de route quelques instants après le dépistage déclaré positif. Il sera ensuite envoyé, comme l’est à présent le prélèvement sanguin, à un laboratoire pour analyse.

Le temps gagné par les forces de l’ordre avec cette généralisation du prélèvement salivaire permettra ainsi de multiplier les contrôles et de mieux lutter contre l’insécurité routière. La loi du 26 janvier 2016 a, par ailleurs, facilité l’action de prévention en la matière en permettant aux forces de l’ordre de réaliser des dépistages de stupéfiants même si aucune infraction ou accident de la route n’a été constaté. Il convient de rappeler que l’accompagnateur d’un élève conducteur peut également être soumis à ce type de dépistage

Nouvelle campagne

Deux spots radio, diffusés du 4 au 22 novembre sur 13 radios nationales et régionales, mettent en scène les tourments de deux fumeurs de cannabis : l’un a tué sa compagne en voiture, l’autre a été lourdement condamné pour avoir renversé une jeune fille au volant de sa camionnette.

La Sécurité routière a également confié à Philippe Squarzoni, auteur de Saison Brune (ouvrage primé à plusieurs reprises), la réalisation d’une bande dessinée pédagogique qui met en image la galère d’un jeune conducteur contrôlé positif au cannabis un vendredi soir. Un film d’animation construit à partir des images de la bande dessinée sera diffusé sur les réseaux sociaux.

Quels sont les risques ?

  1. Je prends le risque de perdre mes réflexes au volant
  2. Je prends le risque d’être contrôlé(e) positif(ve)
  3. Je prends le risque d’une peine très lourde
  4. Je prends le risque de me retrouver à payer une lourde facture
  5. Je prends le risque de me tuer, ou de tuer quelqu’un
Chiffres clés.
JPEG - 273.8 ko

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

A lire également :

Tous les articles de la rubrique ...

... Tous les articles